Et du coup, il fait ses nuits?


Humeurs, Maternité, Vie de famille / mercredi, juillet 3rd, 2019

Voici la question qui m’a, je pense, été la plus posée depuis la naissance de mini-Loup. Parfois, elle arrive même dans la discussion avant les traditionnels “et ça se passe bien ? Tu l’allaites TOUJOURS ? “…

En fait, cette simple phrase, c’est THE phrase à la mode que tout le monde pose à propos d’un bébé. C’est carrément obsessionnel, alors que la qualité du sommeil des autres humains, plus âgés, n’intéresse strictement personne. Pourquoi veut on tellement savoir si un bébé fait ses nuits ?

Je crois pour ma part que c’est un peu une banalité, une chose que l’on dit parce qu’on ne sait jamais trop quoi dire. Un truc qu’on aborde parce que tout le monde le fait.

Mais je crois aussi que c’est perçu par le parent comme une manière d’apprécier sa capacité à être un bon parent et à faire un bon enfant qui dort, et par conséquent qui ne dérange pas. Pourtant, la grande majorité des adultes rencontre chaque jour des petits réveils nocturnes et même des difficultés à trouver le sommeil… et on en fait pas tout un plat.

Personnellement, personne n’est jamais venu me dire “et sinon, tu fais tes nuits?”. En tous cas, pas avant la naissance de mini-loup. Alors que maintenant, les gens sont plein de compassion quand ils apprennent que non, mes nuits ne s’écoulent pas d’une traite, sans coupure, et que OUI, je me réveille une à plusieurs fois par nuit pour répondre aux besoins de mon bébé.

Si j’ai décidé de faire cet article aujourd’hui, c’est simplement parce que je commence à en avoir assez de cette pression que la société met sur les épaules des parents et des enfants quant à la quasi obligation de faire ses nuits.

Avant l’arrivée de mini-loup, je ne faisais pas non plus mes nuits. Je me levais souvent pour un pipi, un verre d’eau, l’envie de manger, le bruit dans la rue, le chat qui miaule. Alors pourquoi faudrait-il que mon fils, lui qui est si petit et si sensible à son environnement, fasse des nuits “complètes”.

Tout comme les adultes, il a le droit d’avoir soif. Dans ce cas je l’allaite.

Il a aussi le droit de ne pas réussir à s’endormir. Alors, nous restons à ses côtés jusqu’à ce qu’il trouve le sommeil. Quand on comprend que ce n’est vraiment pas le moment, on ne s’acharne pas. On va faire autre chose puis on revient dans la chambre plus tard pour lui proposer à nouveau de se reposer.

Alors oui, fonctionner comme ça implique de modifier nos habitudes, de ne pas toujours avoir nos soirées en amoureux, de ne pas toujours dormir 8 heures par nuit. Mais quand nous avons fait le choix de faire un enfant, c’était en connaissance des conséquences qu’il aurait sur notre vie future. Et comme dirait M. Papa :

Il faut arrêter de faire des enfants en voulant à tout prix garder notre vie d’avant, comme si c’était échouer que d’accepter que la vie change avec l’arrivée d’un enfant […] On ne fait pas un enfant en refusant ensuite d’adapter notre vie pour répondre à ses besoins. Si tu veux dormir la nuit et continuer à vivre comme avant, ne fais pas de gamin !!

Sans surprise, je suis profondément d’accord avec lui. Je disais plus haut, “un enfant qui ne dérange pas”, et ce n’était pas un hasard. A mon sens, tout le problème est là. Nous vivons encore dans une société où il est très mal vu qu’un enfant perturbe, dérange les sacro-saints adultes. Alors qu’un enfant c’est justement là pour ça ! C’est libre, ça s’émerveille de tout, ça change votre vision du monde, ça vous apprend tant de leçons. Encore faut il les écouter et être prêt à se remettre en question. Non, le poids de l’expérience ne fait pas de l’adulte un savant qui “sait tout”. Acceptons que nos enfants aient beaucoup à nous apprendre…

Pour revenir au sujet premier du sommeil, si certains parents décident d’arrêter l’allaitement pour passer au lait infantile parce que comme ça, bébé est “calé” et “fait ses nuits”, c’est clairement quelque chose que je ne ferai pas. Et tant pis pour mes cernes … J’aurai le grand bleu sous les paupières et basta !

Plus sérieusement, les études en neurosciences réalisées depuis plusieurs années sur le développement de l’enfant (qui ont d’ailleurs changé beaucoup de choses sur les recommandations en termes d’éducation sans violence et d’accompagnement dans le développement de l’enfant) s’accordent à dire qu’en réalité, les bébés, lorsqu’ils se réveillent plusieurs fois par nuit, font LEURS nuits. Leur cycle de sommeil est juste différent du notre et cela explique notamment les réveils fréquents.

Alors par pitié, arrêtez de demander aux parents si leurs bébés font leurs nuits. Dans la grande majorité des cas, disons 98%, ils ne les font pas et c’est NORMAL. Si des parents ont l’a chance d’avoir des gros dormeurs, c’est génial pour eux (et je suis sûre qu’ils font une petite danse de la victoire en cachette!).

Mais cette question fait juste que les 98% restants, ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir faire des nuits complètes de 7h, se sentent juste comme des nuls. Déjà qu’ils (qu’on) sont (est) fatigués, alors évitez d’en rajouter une couche. Nos enfants s’en porteront mieux et nous culpabiliserons beaucoup moins !

Belle soirée et surtout BONNE NUIT à tous !

Alice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *