Business baby !


Humeurs, Lifestyle, Non classé, Vie de famille / jeudi, février 14th, 2019

Premier petit billet “pas contente” aujourd’hui concernant le business qui se développe de nos jours (et probablement depuis de nombreuses années) autour du monde du bébé…

La première (et dernière) fois que nous sommes entrés dans une boutique de puériculture, c’était durant mon 6ème mois de grossesse. Nous voulions commencer à préparer l’arrivée de Mini-Loup mais cette première “visite” nous a vite refroidis. Le magasin regorgeait de produits en tous genres qui nous ont vite parus plus superflus les uns que les autres… Entre le coussin anti-tête plate, la poubelle qui emballe toute seule les couches (et qui doit donc recevoir des recharges de sac spéciales) et toute la panoplie de biberons plus géniaux les uns que les autres, nous avons vite déchanté. J’ai oublié de citer le transat qui berce le bébé tout seul… Non mais, les parents, si vous voulez plein de machines pour prendre soin de votre bébé à votre place, ne faites pas de bébé !! C’est plus efficace 🙂

Le pire c’est le rayon “meubles”. Alors là on atteint des sommets sur l’échelle du n’importe quoi. Tout est littéralement hors de prix et vous n’avez aucune information sur la provenance du produits (made in ???) ni sur sa composition :

  • Mais c’est du bois massif ça ?
  • Non chéri, c’est du plastique, de la colle et ensuite peut être un peu de sciure de bois…)
  • A ce prix-là ?

Nous avons vite compris que les futurs parents étaient, comme les futurs mariés, de bons pigeons pour un business fleurissant.

Depuis ce jour, nous avons demandé beaucoup de conseils aux jeunes parents de notre entourage sur ce qui était utile et ce qui ne l’était pas.

Nous avons pris l’habitude de nous poser ces trois questions :

  • En a-t-on vraiment besoin ?
  • Un autre objet déjà en notre possession ne pourrait pas faire l’affaire ?
  • Si on en a vraiment besoin, peut-on le trouver d’occasion ?

Jusqu’à présent je pense que l’on s’en est plutôt bien sortis. Nous avons fait un certain nombre de choses nous-même et pour le reste, on a ciblé l’essentiel sans pour autant se priver de quelques petits plaisirs. Il ne faut pas non plus tomber dans l’extrême inverse et il est normal de vouloir se faire plaisir quand on accueille un petit humain tout neuf !

Parmi les sujets qui m’agacent, parlons des tours de lit. Tous les spécialistes s’accordent à dire qu’il est dangereux d’installer ce genre de déco dans le lit d’un nouveau-né parce que ça expose l’enfant a un risque d’étouffement. Installer un tour de lit, c’est risquer que l’enfant se colle le visage dedans/dessous. Dans ce cas, il risque soit un étouffement par obstruction des voies respiratoires, soit une suffocation à force de respirer toujours le même air qui s’appauvrie petit à petit en oxygène. Il faut savoir qu’en cas d’étouffement par obstruction des voies respiratoires, les bébés n’ont pas toujours le réflexe de bouger ou de repousser l’objet qui les gêne.

C’est pour cela que les tours de lit sont interdits dans certains pays, au même titre que les trotteurs et autres youpalas qui présentent de forts risques de chute et ralentissent l’acquisition de la marche. Mais alors pourquoi continue-t-on à en vendre aux futurs parents ? Je ne saisis pas la logique des marques de puériculture. Ne sont-ils pas censés être au fait des dernières recommandations ?

En réfléchissant à tout cela, j’ai vite compris qu’il fallait être vigilant dans nos achats et surtout ne pas faire confiance aux marques. Les scandales du lait en poudre et des couches ne font que me confirmer dans l’idée que les industriels ne se sentent pas plus responsable quand ils produisent des produits pour les bébés. Ils n’acquièrent pas, comme par magie, un peu de bon sens parce que ce qu’ils produisent est destiné aux nouveau-nés. Non, c’est à nous parents, de tout étudier.

Autre exemple typique : les biberons. Si vous décidez de donner le biberon plutôt que le sein ou si vous n’avez pas d’autre choix que le tire-allaitement par exemple, vous serez confrontés à l’achat d’un biberon. Bien sûr, vous pouvez aussi choisir un contenant différent, qui limite la confusion sein-tétine comme les baby cup, DAL, … mais ils ne sont pas toujours acceptés par les modes de garde.

Pour revenir aux biberons, les rayons des pharmacies, des grandes surface et des magasins spécialisés regorgent de 1000 sortes de biberons tous plus géniaux les uns que les autres, d’après ce qui est écrit sur les emballages. Mais soyons honnêtes, un biberon ne remplacera jamais le sein maternel et 90% des supers innovations brevetées sur les biberons ont une efficacité qui n’a jamais pu être démontrée.

Alors le plus simple c’est encore de choisir un type de biberon/une marque, d’en prendre un et d’essayer avec son enfant. Peut-être qu’il le prendra tout de suite et peut être qu’il n’y arrivera pas. Il faudra alors essayer un autre modèle/marque. Donc rien ne sert d’acheter tout un set complet et hors de prix avec 12000 brevet anti-colique, anti-rot, anti-tout. On commence avec un et on voit ce que ça donne.

Pour Mini-Loup, nous avons acheté sur le bon-coin 3 biberons (2 grands et un petit) de la marque Dodie. Nous avons acheté les tétines en pharmacie et Mini-Loup les a acceptés sans soucis.

Lors d’une commande chez Envie de Fraise, j’avais aussi reçu un petit biberon MAM en cadeau. Nous nous en sommes servis pour Mini-Loup et comme pour les Dodie, il ne nous a pas posé de soucis. Il n’est ni mieux ni moins bien, malgré les nombreuses campagnes de pub qui le présente comme “LE” biberon anti-colique… Mini-Loup n’en souffrant pas, il n’y avait pas de sujet pour nous. Ce n’est peut-être pas le cas de tous les bébés.

Maintenant qu’il est diversifié, nous nous sommes procuré une cup 360° pour qu’il puisse boire comme les grands mais sans se prendre une douche à chaque tentative. Nous avons aussi acheté deux gourdes réutilisables pour lui permettre de prendre sa compote et sa purée sans que ce soit nous qui lui enfournions les cuillérées dans le bec. Il a vite compris le fonctionnement et ça lui permet de gérer lui-même les quantités en toute autonomie. Il continue en parallèle à développer l’usage de la cuillère à la crèche.

Que ce soit pour la planète ou pour nous, efforçons nous de nous concentrer sur l’essentiel et de prendre du recul par rapport au business du bébé et à toutes les astuces marketing des grandes marques. Les seules choses dont un bébé a vraiment besoin ce sont ses parents, de l’amour et de l’attention. Tout le reste n’est que superflu, à part peut-être les couches, quand-même…

Belle fin de journée 🙂

Alice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *