Mon beau sapin, roi des forêts

A peine entrons nous dans le mois de novembre, et Noël est déjà dans toutes les vitrines. Si j’adore la période de Noël pour ce qu’elle représente en termes de rassemblement familial, de magie et de bons repas partagés tous ensemble, son côté marketing et surconsommation a le don de me filer des boutons. J’aime Noël mais le fait d’en parler si tôt me donne l’impression que l’on dilue la magie plutôt que de la concentrer sur le mois de décembre.

Passée cette frustration, j’avoue que j’ai déjà commencé à réfléchir aux présents que j’offrirai à mes proches. Cette année, nous tenons, avec Nathan, à faire un maximum de cadeaux nous-même. Pour cela, il faut s’y prendre à l’avance sinon gare à la course du 22 et 23 décembre…

Outre le sujet « cadeaux » que j’aborderai dans un prochain article, LA grande question de cette année c’est le sapin… Dans ma famille, nous avons toujours eu un arbre naturel. Tantôt en pot, tantôt coupé, mais toujours véritable. Ce que j’aimais par-dessus tout, c’était la douce odeur dont la maison s’imprégnait dès que le roi de la forêt était enfin installé dans le salon. Chaque année, nous ressortions alors les boites de décorations qui étaient rangées sous le lit de nos parents et nous prenions une soirée avec mes frères et sœurs pour décorer l’arbre en veillant à mettre nos décorations préférées dans des endroits bien visibles. Il m’arrivait même de déplacer discrètement des décorations installées par les autres pour les remplacer par mes favorites…

Seulement aujourd’hui, j’ai du mal à accepter de couper un arbre juste pour la déco du salon. Pour autant, je n’arrive vraiment pas à me faire à l’idée du sapin en plastique même si ça peut être envisagé comme une solution plus durable.

Ce choix cornéliensoui, j’exagère à peine, c’est un sujet des plus sérieux ici ! – s’était déjà posé à nous l’an dernier et l’année d’avant et j’avais finalement abandonné l’idée du sapin pour confectionner plutôt une grosse guirlande à partir de branches glanées chez mes grands-parents dans le premier sapin de noël de mon grand frère.

Je trouvais la symbolique jolie et je n’avais pas la mort d’un arbre sur la conscience. Qui plus est, nous avions, dans notre appartement parisien, une jolie cheminée qui accueillait parfaitement ma guirlande. J’ajoutais à cela une guirlande lumineuse, quelques boules de noël, quelques sucres d’orge et le tour était joué.

Cette année, les choses ont un peu changé. D’abord, nous n’avons plus de cheminée – à mon grand désespoir !!!! Ensuite, c’est le premier noël de mini-loup et – ne me demandez pas pourquoi – je tiens à ce que nous ayons un arbre. Lui ne va surement rien comprendre et ne s’en souviendra pas, mais j’en ai besoin, c’est même vital – je vous avais dit que noël ce n’était pas de la rigolade ici ?

Concernant le sapin en plastique, il a été démontré dans une étude que son impact environnemental pouvait être réduit – voire être inférieur à celui d’un arbre naturel coupé puis jeté – si l’arbre était réutilisé suffisamment d’années. Mais je ne suis pas sure que cette étude – que je ne saurais retrouver – avait pris en compte toutes les possibilités qui nous sont aujourd’hui offertes pour donner une deuxième vie à notre beau sapin.

Du coup, j’ai fait un petit tour des différentes solutions pour l’achat ou l’adoption de sapins, leur recyclage ou carrément le replantage – je vous vois les petits chanceux qui ont un jardin ! Parce que je pense que je ne pourrai pas passer au sapin en PVC – et non, le plastique ce n’est pas fantastique, je vais faire de mon mieux pour que notre premier arbre de noël ne soit pas mort en vain…

IMG_8152
Amis des arbres, bonjour !

1 – L’adoption / la location

Je sais que certaines sociétés proposent aujourd’hui un service de location de sapin en pot. J’ai en tête My Little Sapin ou encore Treezmas (un service proposé par Botanic). L’idée c’est de louer votre sapin qui est ensuite livré chez vous. Une fois les fêtes passées, l’entreprise récupère le sapin pour s’occuper de sa deuxième vie : replantage ou recyclage. Comptez entre 31 € (pour les plus petits modèles de My Little Sapin) et 60 €. J’avoue que je n’ai encore jamais essayé et je ne sais pas s’ils replantent un maximum de sapins ou si, plus simplement, ils les broient pour faire du compost ou du paillage pour l’hiver. Le seul inconvénient que je leur trouve c’est qu’ils sont tout petits… Mon bananier serait plus grand et je voyais plutôt un arbre d’environ 1m50. Par contre, ça me semble idéal pour les petits appartements !

2 – Le sapin bio

logo_france-sapin-bio

J’ai découvert France Sapin Bio l’an dernier. Si je ne me trompe pas, c’est la seule exploitation de sapin bio en France.

Elle est située en Ariège dont pas très loin de chez nous et propose des sapins bio à l’achat. L’avantage, c’est que comme pour les deux exemples précédents, vous pouvez réserver votre sapin sur le site puis vous le faire livrer chez vous. L’an dernier, ils livraient les clients Toulousains à vélo. Green sur toute la ligne !

nordmann

Crédit Photo : France Sapin Bio

En revanche, je sais qu’ils n’approvisionnent pas toute la France mais vous pouvez retrouver une carte de leurs nombreux revendeurs ici. Comptez 50 € pour un sapin de 1 m et jusqu’à 86€ pour un roi de 1m70.

Je pense que nous essaierons de nous rendre aux portes ouvertes de l’exploitation le 1er décembre prochain.

3 – Le replantage

Lorsqu’on a la chance d’avoir un jardin, ou à défaut des proches/amis qui en ont un, il est bien sûr possible de choisir un sapin en pot et de le replanter après les fêtes. Pour s’assurer un replantage réussi, il est important de respecter quelques petites règles (cf. l’association française du sapin de noël naturel, oui ça existe !) :

  • Veillez à l’adapter graduellement à des températures plus chaudes avant de l’installer dans votre salon en le transférant d’abord de l’extérieur dans le garage, pour ensuite le placer dans la maison.
  • N’installez par votre sapin près d’une source de chaleur (radiateurs, …) qui va le dessécher et compromettre sérieusement sa survie.
  • Veillez à ce que la terre soit toujours humide et n’hésitez pas à brumiser de l’eau sur votre sapin jusqu’à plusieurs fois par jour pour éviter qu’il ne se dessèche.
  • Comme pour son installation, n’oubliez pas de l’adapter graduellement à retourner dans le froid en le faisant à nouveau passer par la case garage.
  • Au moment du replantage, choisissez bien votre emplacement car votre sapin pourrait bien atteindre les 50 mètres de haut dans quelques dizaines d’années, sauf si vous avez raté les étapes précédentes et qu’il n’a pas supporté les fêtes – RIP petit sapin. Pour vous épargner une grosse galère, ne replantez pas quand il gèle et installez votre sapin dans un trou que vous aurez rendu moelleux en ameublissant bien la terre. Ça aidera ses petites racines à vite s’installer.

4 – Le recyclage

De plus en plus de communes proposent à présent de collecter les sapins après les fêtes via des points de collecte ou sur rendez-vous. Ces sapins sont ensuite broyés pour alimenter les compostes ou servir de paillage et protéger les plantes du froid. Je sais que dans certaines communes, il est même possible de récupérer le broyat de son sapin. N’hésitez pas à vous renseigner 🙂

5 – L’alternative DIY

Si l’idée du sapin naturel ou plastique ne vous convient pas, vous pouvez toujours faire votre sapin DIY ou préférer les couronnes et guirlandes de branches.

Pour le sapin DIY, Pinterest regorge d’idées originales. J’en ai sélectionnées quelques-unes sur ce tableau.

Pour nous, cette année, ce sera donc sapin naturel bio coupé et nous veillerons à son recyclage 🙂

Maintenant que la question du sapin est presque réglée, ça vous dirait des petits DIY déco de noël (guirlande et couronne de sapin, déco des vitres, cartes …) ? Parce que j’ai plein d’idées et il faut juste que je trouve le temps de vous écrire tout ça.

Belle soirée à tous,

Alice.

2 commentaires sur “Mon beau sapin, roi des forêts

  1. pas facile le dilemme du sapin de noël. je ne suis pas fan non plus du sapin en plastique. dans ma commune de grande couronne parisienne où survit encore une activité de culture et de maraîchage notre communauté d’agglomération à mis en place un ramassage spécifique des sapin de noël. ils partent alors en plateforme de compostage pour faire pousser de bons légumes et ça me console un peu.

    Aimé par 1 personne

    1. Quand on y réfléchi c’est relativement récent comme dispositif. Ça veut dire que les communes ont compris qu’il y avait un sujet. Et ça veut aussi dire qu’à force de persévérance, nos petits efforts individuels peuvent vraiment peser dans la balance et faire changer les choses 🙂

      Ensuite même si on s’efforce toute l’année de faire au mieux, de consommer moins, mieux, de faire des petits gestes pour la planète, je pense qu’on a le droit de faire parfois quelques écarts. Ça fait du bien au cœur d’avoir un beau sapin et ça ça compte tout autant 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s